Communiqué du Bureau national des Francas – 14 janvier 2015

Face à l’obscurantisme et à la barbarie,
agissons ensemble, camarades !

Le bureau de la Fédération nationale des Francas, réuni le 14 janvier 2015, a longuement échangé sur les attentats qui ont touché la France début janvier, sur leurs causes profondes et sur les réponses à apporter à notre échelle au regard de notre responsabilité d’association d’éducation populaire et au regard de notre projet. Passé le temps de la réaction émotionnelle, la Fédération nationale a souhaité communiquer auprès de ses adhérents, de ses militants, pour fournir des clés pour contribuer à une lecture et à une réponse collective.

Du 7 au 9 janvier 2015, la France a basculé dans l’horreur. 17 personnes ont été exécutées froidement en raison de leur expression, de leur fonction ou de leur croyance, la République toute entière a été prise en otage et touchée dans ses fondements. Chacun d’entre nous a ressenti un choc émotionnel à la fois individuel et collectif, un choc en tant qu’être humain, un choc en tant que citoyen, un choc en tant qu’éducateur.
Ce choc a été particulièrement violent pour les militants au regard des valeurs portées par les Francas. Notre projet en effet repose sur la confiance en l’être humain, individu et personne sociale, sur la conviction des vertus émancipatrices de l’éducation, sur l’adhésion au progrès et à la raison, à la laïcité, au vivre et à l’agir ensemble.

L’atrocité des crimes commis, l’empathie naturelle avec les victimes, ne peuvent occulter la nécessaire interrogation face à un geste commis par des enfants de la République. La pauvreté, l’exclusion et la relégation d’une partie grandissante de la population, la misère économique, sociale, et culturelle dans laquelle vivent de plus en plus d’enfants et leurs familles, l’absence de reconnaissance sociale, d’horizon professionnel ou personnel mais également de perspective politique, ont construit pour certains jeunes un monde de souffrance et de désespérance, point de départ de toutes les dérives.

La relecture, à l’aune de cette actualité tragique, du nouveau projet dont les Francas se sont dotés en décembre, montre que ce projet peut nous offrir à la fois des clés d’analyse des impasses de notre société, des formes de transformations nécessaires à conduire sur différents
registres et des leviers d’action éducative avec les enfants, les adolescents, les jeunes. Il y a en effet dans ce projet :

  • les valeurs qui doivent donner un sens à l’éducation vers un vivre et agir ensemble dans une république laïque et un monde de paix respectueux de toutes et tous,
  • la force collective pour ne pas céder à la peur,
  • les ressources du débat, de l’action politique et quotidienne pour l’émancipation des enfants par l’éducation.

Les valeurs universelles et intemporelles de notre projet ont pris une intensité nouvelle et doivent plus que jamais être réaffirmées : humanisme, liberté, égalité, solidarité, laïcité, paix.
Par ailleurs, il est désormais urgent de transformer le rapport éducatif. L’éducation ne peut pas être uniquement un geste technique, professionnel, d’adultes sachant vers des enfants apprenants. En terme de fonctionnement démocratique, de citoyenneté, de vivre ensemble et de participation des enfants, il ne s’agit pas d’enseigner des valeurs pour les faire partager, mais bien de les faire vivre aux enfants et aux adolescents dans l’action éducative et la vie sociale.
Pour que l’éducation ne soit pas détachée des valeurs de la République et d’un projet de société laïque permettant le vivre ensemble, il est nécessaire d’agir auprès des enfants et des adolescents mais également d’agir par la formation des éducateurs à transformer leurs pratiques.

Notre mouvement d’éducation populaire sera particulièrement vigilant aux réponses politiques et institutionnelles qui seront mises en place et à leur inscription dans le temps. Il sera attentif :

  • à souligner l’impérieuse nécessité d’une réponse aux besoins économiques, sociaux et culturels des enfants, des adolescents, des jeunes et de leurs familles,
  • à ce que l’accroissement des mesures de sécurité ne se fasse pas au détriment des libertés individuelles et collectives,
  • à ce que la lutte contre les terrorismes, les dérives sectaires et l’embrigadement des jeunes ne conduise pas à des raccourcis simplificateurs, des amalgames et une recherche de boucs émissaires,
  • à la nature de la réponse éducative apportée, et à ce qu’elle dépasse le seul cadre scolaire pour concerner l’action éducative dans sa globalité.

Notre mouvement d’éducation populaire saura également dire la grave responsabilité qu’il y aurait à ne rien changer, à faire comme si rien ne s’était passé, à se contenter de panser des plaies sans permettre de reconstruire un nouvel avenir collectif, sans remettre le bien commun et l’intérêt général au coeur de la République, sans construire une société inclusive régie par des principes d’égalité et de solidarité, sans donner des perspectives à la fraternité et au vivre ensemble.

En termes de réponse éducative, la richesse de notre projet comprend les éléments nécessaires à l’action. Nos 18 propositions illustrées par 100 pistes d’action montrent que nous agissons depuis longtemps sur les registres de l’éducation à la citoyenneté ; de la lutte contre le racisme toutes les formes de discrimination ; des droits de l’enfant ; du principe de laïcité ; de l’éducation aux médias et à l’information ; de la lutte contre l’illettrisme ; de la vie sociale de la classe et de l’établissement ; de la démocratie collégienne et lycéenne ; de l’engagement…

L’actualité nous oblige à faire connaître et amplifier cette action, à agir avec d’autres, aux côtés des pouvoirs publics, avec les enfants et des adolescents, avec les jeunes, aux côtés des familles.
Dans les mois qui viennent, une mobilisation de notre organisation à tous les échelons, en lien avec notre projet, s’avère indispensable. Notre forte implantation locale, nos modalités d’action au plus près des territoires de vie des enfants et des adolescents constituent des atouts importants. Tous les moyens doivent être mis au service d’une action concertée avec les acteurs publics, notamment les services des ministères de l’Éducation nationale et de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, et avec les collectivités territoriales. Notre présence doit également s’inscrire dans des stratégies collectives avec nos partenaires associatifs.

Parmi les impulsions à donner, les Francas, avec les autres acteurs de l’éducation populaire, peuvent contribuer à prolonger la dynamique citoyenne qui a fait descendre 4 millions de personnes dans les rues. Le traumatisme a révélé la nécessité de créer des espaces de parole, de débat, d’échanges et de participation pour les citoyens, pour les enfants, les adolescents, les jeunes, pour les parents et les familles. Et ce, pas seulement à l’école. Les Francas peuvent pour cela se saisir de tous les espaces éducatifs où ils sont présents (centres de loisirs éducatifs, stages BAFA-BAFD, temps de formation professionnelle, conseils de parents…) pour mettre en débat avec les enfants, les adolescents, les jeunes et leurs familles, en quoi ce qui s’est passé pose questions sur la société dans laquelle nous vivons.

Notre réflexion collective est nécessaire pour être proposants d’initiatives spécifiques à prendre dans un court, moyen et long terme. Cette réflexion s’est engagée au bureau du 14 janvier. Elle se prolongera avec le Séminaire de la Direction Nationale des 20 et 21 janvier et le Conseil fédéral des 23 et 24 janvier. Tous les acteurs de la Fédération et les militants du mouvement sont invités à contribuer à la réflexion.

Plus que jamais l’éducation est l’affaire de tous !

Communiqué du Bureau national des Francas
aux adhérents individuels et collectifs
14 janvier 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s