Avec les Francas, agir chaque jour pour la cause des enfants et des adolescents

Les Francas ont adopté à l’unanimité une résolution générale adoptée lors de l’Assemblée générale nationale à Bagnolet les 21 et 22 mai 2016

 

Avec les Francas, agir chaque jour pour la cause des enfants et des adolescents

Les Francas saluent la création d’un département ministériel de l’Enfance, le vote d’une loi réformant la protection de l’enfance et la création d’un Conseil national de la protection de l’Enfance. Ils notent avec intérêt que le ministère de l’Éducation nationale a fait d’une « école bienveillante » un élément central de la refondation de l’école de la République, même s’il reste souvent à passer des textes aux actes pour l’ensemble de l’institution et des acteurs éducatifs concernés.

Pour autant, les Francas dénoncent une application largement imparfaite par la France de la Convention internationale des Droits de l’enfant. Ils avaient pour cela contribué, au sein d’Agir Ensemble pour les Droits de l’Enfant, à l’écriture collective d’un rapport alternatif adressé à l’ONU en 2015. Lors de l’audition de la France en janvier 2016, le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies (CRC) a largement pointé les insuffisances de la France dans ce domaine.

Plus d’un million d’enfants vivent aujourd’hui en France ensituation de pauvreté selon l’Observatoire des inégalités, de plus en plus d’enfants et de familles vivent dans la précarité, l’accès même aux loisirs éducatifs des enfants et des adolescents est marqué par de fortes inégalités. Le bilan de l’Unicef Innocenti 13 (2016), qui étudie la question du bien-être des enfants à partir notamment de la perception des enfants eux-mêmes, fait état de résultats préoccupants. Il confirme que dans la vie des enfants, les revenus de la famille, l’éducation, la santé, le sentiment de satisfaction dans la vie sont fortement corrélés, un retard dans l’un de ces domaines étant susceptible d’entraîner ou de renforcer un retard dans un autre.

 
La France accuse également un retard important dans la prise en compte des enfants à besoins particuliers. Par ailleurs, le sort réservé à bien des enfants migrants et à leurs familles, l’attitude de suspicion et de non prise en charge réelle de nombreux mineurs isolés étrangers, sont indignes d’un pays ayant signé la Convention internationale des Droits de l’enfant.

Dans leur projet « Avec les enfants et les jeunes, ensemble pour l’éducation ! », les Francas appellent à agir sur les conditions de vie des enfants et des adolescents dans une visée bienveillante et émancipatrice. Par leur action quotidienne auprès des enfants et des
adolescents, sur leurs territoires de vie, ils promeuvent une meilleure prise en compte des besoins éducatifs, sociaux, culturels, économiques, de la petite enfance à l’adolescence. Ils soulignent que le bien-être de l’enfant et l’action éducative sont des constituants indissociables de l’éducation pour contribuer à l’émancipation. Pour les Francas, agir pour l’intérêt supérieur des enfants et des adolescents, quelles que soient leurs situations, est une attitude qui incombe à chaque instant à tout adulte en relation avec des enfants, tant dans les espaces éducatifs que sur les territoires.

Les Francas revendiquent une application pleine et entière de la Convention internationale des Droits de l’enfant. Ils apportent leur soutien à toutes les organisations qui, à travers le monde, agissent dans ce sens. En France, ils posent l’exigence que chaque enfant et chaque adolescent présent sur le territoire accède à l’exercice effectifs de ses droits et de ses libertés. Ils agissent pour que la Convention internationale des Droits de l’enfant devienne le cadre de référence pour tous les acteurs éducatifs et pour les pouvoirs publics à tous les échelons territoriaux.

Fédération de structures et d’activités éducatives, ils revendiquent plus particulièrement la mise en œuvre par l’État d’une politique publique nationale d’accès aux vacances et aux loisirs et un soutien aux accueils collectifs de mineurs.

Mouvement d’éducation populaire, les Francas appellent l’ensemble des acteurs éducatifs, des élus et des citoyens impliqués dans le cadre de la mise en œuvre des projets éducatifs territoriaux, à mieux considérer l’action éducative locale du point de vue de l’enfant, par une prise en compte plus effective de ses besoins et de ses rythmes, de ses droits et de ses intérêts, de son expression et de sa participation à la vie de la cité.

Agir chaque jour pour la cause des enfants et des adolescents

Les Francas appellent toutes celles et tous ceux qui agissent chaque jour pour l’enfance, par l’éducation, à les rejoindre pour soutenir cette cause.

13173746_1778399139058363_6918025750382926948_n

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s